Les Délices de Tokyo

Publié le par Spooky

 

 

Plongée aujourd'hui dans un univers un peu rare dans mes lectures, la gastronomie japonaise.

« Écouter la voix des haricots » : tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges dont sont fourrés les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d'embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu'elle lui a fait partager.

 

Pas de monstres, de super-héros ou de vampires ici, il s'agit bien évidemment d'une chronique du quotidien qui se réduit à très peu de personnages, autour de cette vieille femme à l'histoire particulière et du gérant de Doraharu. Une petite musique parsème le récit, celle des haricots rouges en train de cuire dans la marmite de Tokue Yoshii. Il y a de la poésie, aussi, dans la façon dont Sukegawa parle du passage des saisons au travers des cerisiers qui entourent sa boutique. Et l'évocation de la cuisine de ces ingrédients est plutôt sensuelle, au sens premier de l'adjectif. Avec en filigrane, l'éhistoire singulière de cette femme et de ceux qui, comme elle, ont souffert de la volonté d'enfermement (au sens premier, mais pas seulement) des autorités nipponnes.

 

Une histoire assez poignante dans sa simplicité et son humilité, à la japonaise. Magnifique.

 

Spooky

Publié dans Livres

Commenter cet article