Little Miss Sunshine

Publié le par Spooky

[Réédition]


Je suis allé voir un film qui bénéficie d'un des meilleurs buzz du moment : Little Miss Sunshine.

 Eh bien je n'ai pas été déçu !

 

Le film suit une trame très linéaire : c'est celle de la famille Hoover, une famille médiocre où chaque membre ou presque souffre de névrose : le père, Richard (Greg Kinnear, excellent), est un sociologue qui a inventé une théorie fumeuse en 9 points pour devenir un gagnant. Le grand-père paternel (Alan Arkin, vu dans Edward aux mains d'argent) est un vieillard pervers et héroïnomane complètement déjanté ; l'oncle (Steve Carell, vu dans Bruce tout-puissant et euh... 40 ans, toujours puceau) est un homosexuel éconduit spécialiste de Proust ; le fils, Dwayne (Paul Dano), est un ado adepte de la fuck attitude, qui ne parle plus depuis des mois, jusqu'à ce qu'il soit inscrit dans une école pour apprendre à piloter. Sans oublier la mère, Sheryl (Toni Collette, vue et approuvée dans Muriel, Sixième sens et The Hours), qui n'a, elle aucun signe particulier, sinon d'essayer de recoller tout le monde. Tout ce petit monde, qui gravite autour d'Olive (Abigail Breslin, craquante à souhait), petite fille rondelette à lunettes.

Le film commence au moment où Olive, qui adore regarder les concours de Miss America à la télé, apprend qu'elle est sélectionnée pour participer au concours de Little Miss Sunshine, en Californie. La famille ne pouvant se désunir, les voilà tous les 6 entassés dans une vieille camionnette Volkswagen pour le week-end.

L'essentiel du film est donc un road-movie/huis clos où l'on suit les 6 membres de la famille Hoover, tous unis pour qu'Olive réalise son rêve, participer à ce concours. Leur parcours est semé d'embûches : camionnette récalcitrante, papy érotomane, révélations pour Dwayne, explications des uns et des autres... Ca aurait pu être mièvre, mais non, c'est d'une fraîcheur absolument déconcertante. Ca aurait pu être ennuyeux, mais non, on se marre presque toujours, y compris lorsque le scénario amène nos protagonistes aux confins du glauque. Ca aurait pu être outré, mais non, cela reste tout à fait crédible, les comédiens sont tous excellents et justes. Le film repose sur leur interaction à tous les 6, et ça marche à merveille. Il faut dire que Greg Kinnear et Toni Collette sont des acteurs d'exception, et qu'ils emmènent leurs camarades dans leur sillage. Bravo donc aux deux réalisateurs : Jonathan Dayton et Valerie Faris, pour ce petit bijou.

Je n'aurai qu'une phrase pour résumer le film : voyez Little Miss Sunshine !

 

Publié dans Films

Commenter cet article

Stéph 31/08/2007 19:52

Sans conteste mon film préféré de 2006 !D'ailleurs c'est bien simple, depuis qu'il est sorti en dvd, je l'offre à tous les aniversaires de mes amis et famille, j'ai déjà dû en acheter 5 ou 6 exemplaire et ce n'est pas fini. Il faut faire voir ce film ! :o)