Le Discours d'un roi

Publié le par Spooky

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/82/28/51/19634452.jpg

 

Les critiques dithyrambiques concernant ce film, malgré une bande-annonce relativement soporifique, m'ont incité à aller voir cette production britannique, dans une période un peu creuse en termes de films intéressants pour moi.

 

D’après l’histoire vraie et méconnue du père de l’actuelle Reine Elisabeth, qui va devenir, contraint et forcé, le Roi George VI, suite à l’abdication de son frère Edouard VIII. D’apparence fragile, incapable de s’exprimer en public, considéré par certains comme inapte à la fonction, George VI tentera de surmonter son handicap grâce au soutien indéfectible de sa femme et d’affronter ses peurs avec l’aide d’un thérapeute du langage aux méthodes peu conventionnelles. Il devra vaincre son bégaiement pour assumer pleinement son rôle, et faire de son empire le premier rempart contre l’Allemagne nazie.

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/82/28/51/19642779.jpg

 

C'est un peu par hasard que le réalisateur Tom Hooper (qui n'avait rien fait de notable jusqu'à présent) se retrouve avec le scenario du film, car sa mère était allée voir la pièce de théâtre du même nom avant de lui en parler. Le choix de Colin Firth, connu surtout pour ses rôles comiques (Nanny Mc Phee, Mamma Mia, Bridget Jones, Love Actually), est plus surprenant, même si des rôles dans La jeune fille à la perle ou le récent A single Man ont pu faire infléchir sa réputation. L'acteur incarne donc Albert, dit Bertie, futur George VI, père de l'actuelle Reine d'Angleterre, Elizabeth II, héritier présomptif du trône après la mort de son père, George V, puis l'abdication de son frère, Edward VIII, qui n'aura régné qu'une dizaine de mois. L'accession au trône de George VI se fait dans des conditions difficiles, en 1936, au moment où l'Europe est secouée par la montée du nazisme. Mais Bertie doit lutter contre un autre ennemi, intime celui-là, son bégaiement. Gênant à l'époque où les retransmissions radiophoniques des discours du monarque britannique sont devenues monnaie courante.

 

Avec l'aide de son épouse Elizabeth, Bertie va donc chercher à corriger ce handicap, mais ce n'est qu'au bout de plusieurs années, et peu de temps avant le décès de son père, qu'il va trouver en Lionel Logue, orthophoniste australien aux méthodes peu orthodoxes, une aide déterminante. Celui-ci, incarné par Geoffrey Rush (le Barbossa de Pirates des Caraïbes, Munich, Moi, Peter Sellers, Quills, Frida, Elizabeth, Shine...), va pousser le futur roi à revenir sur ses traumatismes d'enfance (eh oui, même dans la famille royale), le pousser dans ses retranchements (en exprimant sa colère par des mots châtiés, par exemple) et finalement l'aider à surmonter son handicap, malgré le réticences de l'entourage de Bertie (comme par exemple l'Archevêque de Canterbury, patron de l'Eglise anglicane, étroitement liée à la monarchie britannique, qui voit l'arrivée d'un personnage un peu excentrique dans l'entourage du roi d'un mauvais oeil).

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/82/28/51/19602885.jpg

 

Le film est excellent. De bout en bout. En premier lieu, la prestation de Colin Firth est exceptionnelle. Tout en retenue (l'acteur est quand même reconnu pour ses rôles "coincés", souvenez-vous de Bridget Jones), et ayant sans doute étudié en détail la gestuelle, les mimiques et les tics vocaux (si j'ose dire) de l'ancien roi, je dois dire que sans connaître celui-ci, il est réellement bluffant. Il valait mieux car sans lui le film s'écroule. Autour de lui Tom Hooper a réuni un casting absolument parfait autant dans ses choix que dans le résultat obtenu. Helena Bonham Carter, l'épouse de Bertie, est l'incarnation de son personnage. Derek Jacobi, connu entre autre pour son interprétation du moine détective Cadfael mais aussi dans d'autres interprétions d'ecclésiastiques, est parfait dans le rôle de l'Archevêque. En gros, si vous faites un film avec un prêtre dedans, qu'il soit simple curé ou pape, il est l'homme de la situation. Un petit mot sur Guy Pearce, qui joue l'éphémère roi Edward VIII, frère aîné de Bertie. Il n'a que quelques scènes à jouer mais il est aussi prodigieux que Colin Firth en aristocrate un brin fêtard mais surtout amoureux d'une roturière, ce qui va l'obliger à abdiquer. L'acteur est... australien, mais ça ne se sent pas du tout à l'écran dans son phrasé, c'est vous dire le travail réalisé. Nous signalerons également que c'est Michael Gambon, le Dumbledore actuel de la saga Harry Potter, qui joue le père des deux rois. Une mention spéciale pour Geoffrey Rush, que j'ai failli oublier, lui aussi acteur australien, qui apporte son grain de folie au personnage à l'excentrique Lionel Logue. Notons la mise en abyme, puisque l'orthophoniste est un acteur raté, né en Australie. Lui aussi est vraiment incroyable, je ne me lasse pas de le voir, il a une énergie et un enthousiasme communicatifs. Il est partie prenante dans la production puisqu'il est producteur exécutif.

 

Mais tout cela serait vain si le film était mal réalisé. Or il n'en est rien. La musique d'ambiance sert en contrepoint les moments importants du métrage, le montage permet de ne pas s'ennuyer une seule seconde, et le fameux discours ne prend qu'une dizaine de minutes au final, le reste du film s'attachant à cette période d'apprentissage et de traitement de Bertie. On ne voit pas passer les deux petites heures que dure le film. C'est certainement l'un des films de cette année 2011.

 

http://images.allocine.fr/r_760_x/medias/nmedia/18/82/28/51/19634488.jpg

 

Si Colin Firth n'obtient pas l'Oscar™ du meilleur acteur, je mange mon chapeau. Mais qu'on l'annoblisse, nom de nom !

 


Spooky.

Publié dans Films

Commenter cet article

Spooky 28/02/2011 15:53



Bon alors Colin Firth meilleur acteur, c'est fait ; Le Discours d'un roi, meilleur film. Geoffrey rush n'a pas eu la statuette pour le second rôle, ce fut pour Christian Bale dans
Fighter (pas vu, mais Bale est un acteur que j'apprécie beaucoup aussi). Pareil pour Helena Bonham Carter, au profit de melissa Leo pour Fighter encore. Par contre Tom Hooper a
eu l'Oscar du meilleur réalisateur, meilleur scénario original pour Savid Seidler. 4 Oscar, joli tableau de chasse. L'ensemble du palmarès ici.



Yap 23/02/2011 12:54



C'est un film impeccable (réal, jeu d'acteurs, etc.), avec la touche d'humour qui va bien. Cependant, ça reste un peu sage.



Spooky 17/08/2012 15:37



Peut-être, oui...



Stéph 22/02/2011 08:25



Ah Spooky !! ça fait un moment que j'entends du bien de ce film, un moment que je me dis "faudrait que j'aille le voir" et là tu enfonces encore plus le clou !! tu m'as vraiment donné encore plus
envie de le voir, j'ai l'impression de vraiment rater qqchose de très chouette ... le seul problème que ça me pose c'est QUAND ?!?



Spooky 17/08/2012 15:37



L'as-tu vu depuis ?



pierig 21/02/2011 11:49



Bon, encore un film à ajouter à la liste après True Grit. :)


Sinon, j'ai été voir "rien à déclarer" ... Un autre style. Idéal pour une soirée pas prise de tête. ;)



Spooky 23/08/2012 11:27



Pas encore vu True Grit, ni Rien à déclarer... :)