Argo

Publié le par Spooky

 

 

http://fr.web.img2.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/87/65/00/20273151.jpg

Cela faisait très longtemps que je n'avais pas été voir un thriller (géo)politique au cinéma. Peur de ne pas tout comprendre, manque de temps, sujets pas forcément motivants... Et puis Argo s'est présenté, avec une réputation assez flatteuse. Pourtant le réalisateur, Ben Affleck, est devenu plus ou moins tricard à Hollywood après ses choix artistiques douteux en tant qu'acteur, alors qu'il a fêté ses 40 ans cet été (Daredevil, Amours troubles ou Armageddon sont des bides ou des daubes historiques). Depuis l'acteur s'est en partie reconverti en réalisateur, avc un peu plus de bonheur (The Town et Gone, baby gone).

 

Sous la houlette de Grant Heslov et George Clooney, producteurs, il se retrouve donc à la barre de ce thriller, qui retrace l'épisode dramatique de l'attaque de l'ambassade des Etats-Unis à Téhéran, suivie de l'exfiltration de plusieurs employés parlementaires depuis le domicile de l'ambassadeur du Canada par un agent de la CIA. Tout cela au tournant des années 1979 et 1980.

 

Bien sûr, la situation est extrêmement tendue. Les autorités iraniennes, cherchant à identifier les Américains retenus en otage, "emploient" des dizaines d'enfants pour reconstituer le trombinoscope pourtant laminé par la broyeuse de l'Ambassade ; bientôt elles vont se rendre compte qu'il leur manque 6 personnes... Côté américain, on se creuse la tête pour trouver une solution et faire sortir ces "Invités" d'Iran... Face à la rocambolesque idée de les faire traverser 500 km en... bicyclette par le Ministère des Affaires étrangères, Tony Mendez, exfiltreur de la CIA, propose de leur procurer une couverture aussi fantaisiste que crédible : le tournage, sur place, d'un film de science-fantasy appelé Argo. Bien sûr, cette idée n'est pas sortie de son chapeau, mais c'est avec l'aide de John Chambers, prothésiste à Hollywood, et de Lester Siegel, producteur sur le déclin, qu'il va trouver les arguments pour monter son faux film. Mendez peut donc s'envoler pour Téhéran, sous une fausse identité, mais avec un véritable alibi. Le plus dur reste toutefois à faire : faire en sorte que celui-ci tienne jusqu'à ce que la fausse équipe de production d'Argo (les six Américains en sursis, vous l'aurez compris) puisse repartir...

 

http://fr.web.img1.acsta.net/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/87/65/10/20280115.jpg

 

Le film est excellent.

 

A côté du thriller politico-historique (dont la teneur est restée secrète jusqu'en 1997), il y a en filigrane une critique assez acerbe du système hollywoodien, mis en exergue surtout dans la première partie du film, lorsque Mendez prépare son scénario. A côté de cela, point d'angélisme dans le propos, car le Shah d'Iran, monarque qui fut chassé de son pays et dont l'accueil aux Etats-Unis, quelques jours avant les faits racontés dans le film, a provoqué justement l'assaut sur l'Ambassade, en prend pleinement pour son grade, ainsi que son pays d'accueil, égratigné au passage. Affleck, militant démocrate, a souhaité un film politiquement neutre, se contentant des faits. Si on réfléchit à ce qui est raconté, on ne rigole pas. Le traitement du peuple iranien est aussi très respectueux. Les gens ne sont pas traités comme des fanatiques religieux, ou des paysans sans cervelle. Politiquement correct ? Je ne dirais pas cela...

 

Neutre dans le propos, mais tout de même pas figé, Affleck nous montre qu'il est un très bon réalisateur : le montage entre les différents lieux de "crise" (en vrac, la résidence de l'Ambassadeur du Canada, le bureau de la fausse société de production créée pour l'occasion, la chambre d'hôtel de Mendez, où il est en proie au doute, les locaux de la CIA, les postes de garde divers des iraniens...) est un modèle du genre. Même dans les moments de calme, on ne s'ennuie pas. La mise en scène est sobre, sans exagération (si l'on excepte une poursuite d'avion et une fin un peu trop américaine). Les personnages semblent vraiment vivre à l'époque décrite, les looks ne sont pas exagérés (rappelons que les années 1970 viennent de se terminer).

 

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/87/65/10/20280118.jpg

 

Côté casting, Affleck a misé sur le talent, pas sur les paillettes, puisque l'acteur le plus connu est lui-même, dans le rôle de l'agent de la CIA chargé d'exfiltrer le groupe. Toujours impavide, limite mutique, sa prestation est elle aussi sobre, pile poil dans le rôle d'un agent secret. Autour de lui, plusieurs têtes connues, comme celle de John Goodman dans la peau du prothésiste de cinéma sans illusions ; Bryan Cranston, acteur et réalisateur de cinéma, mais qui a fait des apparitions dans John Carter ou Drive ; citons également Kyle Chandler, que j'ai beaucoup aimé dans la série TV Demain à la une et Super 8, ou encore Alan Arkin (citons Little Miss Sunshine et Edward aux mains d'argent dans sa longue filmographie). Du solide, de bout en bout.

 

Aflleck se permet, en prime, d'insérer un peu d'humour dans son film très sérieux (mais pas chiant, vous l'aurez compris). Ah tiens, un autre petit regret : les dessins de production d'Argo (le faux film) ont été à l'époque réalisés par Jack Kirby, dessinateur des 4 Fantastiques, entre autres. Dans le film d'Affleck, il n'a droit qu'à une très courte scène, muette de surcroît, et n'est pas nommé ; peut-être un peu plus dans les futurs DVD et blu-ray ?

 

Bref, cet Argo est franchement et largement recommandable !

 

Spooky

Publié dans Films

Commenter cet article

Stéph 14/01/2013 20:21


Pas grand chose à ajouter à ton commentaire, moi aussi j'ai beaucoup apprécié Argo, et je partage les raisons que tu avances.


Pour le point précis que tu évoques en fin de papier, au sujet des dessins de Jack Kirby qui ont servi de planches préparatoires au faux film Argo, je crois bien que les dessins utilisés dans le
film de Affleck ne sont malheureusement pas ceux du King (en tout cas c'est l'info que j'ai eue et je n'ai pas reconnu son style pourtant très caractéristique sur les planches montrées à
l'écran). D'autant plus dommage que c'est une des rares "erreurs" de reconstitution des événements. Cela veut dire aussi, si l'on en croit le film, que des originaux de Kirby se balladent
aujourd'hui encore qqpart en Iran puisqu'ils laissent les planches en cadeaux aux gardes-frontières en toute fin du film ! 

Spooky 16/01/2013 21:19



Je t'avoue que je n'ai pas prêté une attention soutenue aux dessins en question, mais je pense que cela m'aurait sauté aux yeux si effectivement le style de Kirby avait été respecté. Je n'ai eu
l'info qu'après coup, en en discutant avec Patrick Marcel. Quant au fait que les dessins soient quelque part en Iran, eh bien que veux-tu... Ceci dit cette scène fait partie de celles que je
qualifierais d'humoristiques et de "mignonnes", mais qui réussissent à ne pas dénaturer le propos, très sérieux, du film.



Ryle 08/01/2013 16:21


" Argo fuck yourself ! "


 


Ryle - Troll

Spooky 08/01/2013 20:59



Eh eh, c'est la meilleure réplique du film :)