La Dive bouteille

Publié le par Spooky

http://2.bp.blogspot.com/_Adjr6vTxMZw/RsysqhdFbRI/AAAAAAAABfQ/kXtD2PIGxHU/s400/banner_whisky.gif

 

Au détour d'une conversation au sujet du dernier film de Bertrand Blier, Le Bruit des glaçons, sur le blog de l'excellent Steph', nous en sommes venus, à 3 ou 4, à parler de whisky. Et l'idée a germé d'en faire un billet sur ce blog, qui a bien besoin d'être alimenté depuis quelques mois. Mais attention, ne vous attendez pas à des trésors d'érudition, ni à des envolées lyriques. Une connaissance médiocre du sujet, aliée à un déficit en goût m'empêchent sans doute d'en saisir la grande richesse, et surtout les infinies nuances de saveurs, parfois chantées par les poètes. Je vous parlerai donc de mon approche, des affinités que je peux avoir avec le whisky, en une grosse dizaine d'années de pratique et de consommation.

 

J'ai découvert ce breuvage entre 23 et 25 ans, initié par mon beau-père, qui me proposait des apéritifs coupés avec du jus d'orange. Mais bien vite je voulus passer aux choses sérieuses, et le J&B laissa la place à des crus écossais et irlandais. Quelques noms pour vous mettre l'eau -pardon le whisky- à la bouche ? Aberlour, Bowmore, Cardhu, Glenfiddich, Glenlivet, Oban, Talisker... Tous des single malts1. Les single malts sont considérés comme plus "nobles" que les blended2 ou les vatted. Quelques noms émargeant dans cette catégorie ? J&B, Ballantine's, Johnnie Walker, Chivas, Bushmills (irlandais)...

 

http://www.nicolas.com/images/nicolas/contrib/grand/p172965.jpg

 

Il y a pourtant des breuvages que j'apprécie particulièrement parmi ceux-ci, comme le Crown Royal qui vient du Canada, ou encore le Nikka qui vient du Japon. Ce dernier est même mon préféré toutes catégories. Je ne saurais vraiment dire pourquoi, mais c'est celui qui, pour moi, allie le mieux puissance et présence en bouche, deux qualités que je recherche dans les whiskies. Car vous vous en doutez, certains sont plus forts, plus puissants que d'autres.  En termes de puissance je mettrais les whiskies tourbés3 en tête de liste. Ardbeg étant, et de loin le plus fort. L'inhalation de son fumet a d'ailleurs inspiré une réplique immortelle à une personne de mon entourage : "ça sent la merde !". A l'autre bout, en termes de puissance, se trouve le Bourbon américain (ou Tennessee whiskey), très léger mais parfois assez agréable. Dans cette production je ne connais pas beaucoup de noms, mis à part le Jim Beam, le Jack Daniels et le Four Roses. La plupart des bourbons sont produits dans le Tennessee et sont à base de mélange de maïs (à 51% minimum), d'orge, de malt et de seigle. Ils sont très légers. Je placerais un cran au-dessus, en termes de puissance et de qualité, les whiskies canadiens, par rapport aux produits américains. J'ai d'ailleurs goûté un excellent cocktail, à base de whisky et et de sirop d'érable, dans une crêperie bretonne, à... Québec ! J'ai déjà cité le Crown Royal, dont je m'achète une bouteille régulièrement, mais il y a aussi le Canadian Tippers, un peu moins bon. Le whisky canadien était appelé rye whisky car historiquement il était produit à partir de seigle (=rye en anglais) ; à présent la plupart sont des blended, avec une infime part de seigle.

 

http://kentuckyfriedwrestling.com/theword2/wp-content/uploads/jim-beam-edited.jpg

 

Ma connaissance a pu être élargie grâce à un voyage en Ecosse dont je vous ai déjà parlé sous d'autres cieux ( et ). On peut goûter à quasiment toute la production nationale dans la plupart des pubs, même les plus reculés. J'ai même pu visiter deux distilleries. A savoir tout de même qu'on vous fait goûter -et ce jusqu'à ce qu'il n'y ait plus une goutte dans les verrres préparés à l'avance, ce qui peut s'avérer dangereux si vous faites partie d'un petit groupe de visiteurs- certaines productions à l'issue des visites, toujours très intéressantes. Quelques découvertes locales : Benriach, Bruichladdich, Knockando, Lagavulin, Laphroaig, Strathisla, Springbank... J'en oublie sans doute. Mais sachez une chose : si vous trouvez ces whiskies près de chez vous, achetez-les, ils sont moins chers en France qu'en Ecosse, la faute à des taxes supérieures dans le pays de lochs. En Ecosse une région est particulièrement renommé pour sa production de whisky, la Speyside, c'est à dire la vallée qui longe la rivière Spey, qui arrose le nord-est du pays. Une simple balade en voiture vous convaincra, les distilleries su succèdent tous les 5 ou 10 kilomètres... Toutes ne sont pas visitables en revanche.

 

Comme vous le voyez, la production de whisky est dispersée dans le monde entier ; récemment j'ai d'ailleurs fait l'acquisition d'une bouteille d'Eddu (ce qui signifie blé noir et désigne en même temps la céréale à l'origine du produit, l'ensemble des autres étant fait à partir d'orge), un whisky... breton ! Je vous le recommande d'ailleurs, son goût est assez différent des malts. On en fabrique également en Corse, avec de la chataîgne bien sûr...

Il est à noter que l'essentiel de la production de whiskies (hors France, Japon et Etats-Unis) se fait dans le Common Wealth, puisqu'on en produit également en Angleterre, au Pays de Galles, en Australie, en Nouvelle-Zélande, mais aussi en Inde et aussi... en Suède.

 

http://www.whisky.fr/medias/images/produits/180x240/iv908.jpghttp://www.whisky.fr/medias/images/produits/180x240/iv15921.jpghttp://www.whisky.fr/medias/images/produits/180x240/iv825.jpghttp://www.whisky.fr/medias/images/produits/180x240/iv13188.jpg

 

Au fil du temps, après avoir goûté un peu de tout ça -mais pas encore de s productions aussi exotiques que celles que je viens d'énumérer, mis à part le Nikka-, j'en suis venu à affiner mes goûts. J'ai délaissé les whiskies tourbés, car je les trouve trop âpres, ils agressent un peu mon palais pour finalement laisser relativement peu de goût dans la bouche. Je possède en général 2 à 4 bouteilles chez moi, permettant ainsi d'adapter mes apéritifs aux goûts de mes invités mais aussi à mon humeur du jour. Un scotch whisky single malt de bonne tenue (bon en cemoment c'est un whiskey irlandais, du Tyrconnells), mais non tourbé (du Glenfiddich pour citer le plus connu), un produit nord-américain pour une dégustation plus en douceur ou initier un ami (Crown Royal, qui réunit pas mal de qualités) et une découverte (Eddu en ce moment) ou du top niveau (Nikka). Sans parler du J&B pour ceux qui en consomment souvent et/ou veulent le couper. Et de préférence, sans glace. 

 

http://www.bienmanger.com/images/genre/2613-0w0h0_Whisky_Nikka_Whisky_Nikka_Pure_Malt_White_Coffret.jpg

 

A consommer avec modération, le degré d'alcool se situant souvent entre 40 et 60%... Et vous, êtes-vous amateur/trice ? Quels sont vos goûts, vos coups de coeur ? Qu'avez-vous actuellement dans vos caves/placards/bars ?

 

Spooky.

 

PS : pour plus d'information, merci de vous référer à l'article de wikipedia, ainsi qu'au très bon site de la Maison du whisky, à Paris, dont je suis client.


 

1 Les single malts sont des whiskies issus des seules eaux- de-vie de malt produites par une seule et unique distillerie. 

 

2  Les blended sont des whiskies élaborés à partir d'un assemblage d'eaux-de-vie de malt et d'eaux-de-vie de grains provenant de différentes distilleries.

 

3 A l'origine, le whisky écossais s'est fondé sur ces fameux malts, c'est-à-dire de l'orge germée et séchée à la fumée de tourbe, une sorte de charbon végétal qui apporte des arômes puissants d'iode et d'humus. Au fil du temps d'autres céréales sont venues s'acoupler au malt pour adoucir le goût et permettre à des palais étrangers de s'y initier.

 

Qu'est-ce que le whisky ?

 

Le whisky (ou whiskey) est le nom générique d'un ensemble d'eaux-de-vie fabriquées par distillation de céréales maltées ou non maltées. Le whisky est ensuite mis à vieillir dans des fûts de chêne dont la plupart ont été utilisés précédemment pour d'autres alcools, tels que le bourbon (eh oui) ou le Xérès espagnol, ce qui permet au breuvage d'acquérir de nouvelles saveurs. Le vieillissement minimal pour obtenir l'appellation de whisky est de trois ans. La plupart des whiskies commercialisés ont vieilli de 8 à 12 ans. Un whisky qui a vieilli 16 ans est en général considéré comme très mature, et son goût n'est pas loin de son apogée. Il est en général très onéreux.


Publié dans Ces petits riens...

Commenter cet article

Spooky 30/09/2010 11:31



Ah j'attends un compte-rendu détaillé et circonstancié ! Et pas un simple "bon" ou "pas bon" ! :)



Stéph 30/09/2010 11:03



Tiens j'ai trouvé du whisky alsacien ! Ça tombe bien, je vais offrir ça en cadeau d'anniv à un de mes amis connaisseur de whisky ce week-end, peut-être qu'on goûtera dans la foulée



pierig 28/09/2010 12:37



Spooky> Tu as déjà dû le goûter ! :) Bon, je te ramènerai un bouteille la prochaine fois que je viens pour te rappeler son goût divin ;)



Spooky 28/09/2010 11:18



Pierig > je goûterais bien ce whisky belge, ne serait-ce que par curiosité...



Spooky 28/09/2010 11:15



cac > Ah oui bien vu ! je cite whisky.fr : "L'incontournable Jack
Daniel's est un whiskey du Tennessee et non un bourbon (Kentucky) : en effet, après distillation, le whisky est filtré par une couche de charbon de bois d'érable de 3 mètres avant sa mise en fût.
Ce procédé, le Lincoln County Process, confère toute sa douceur à la star des whiskeys !"